Ce mot devrait résonner de façon douce à mes oreilles, non ?

Les vacances sont un moment privilégié de l'année, de repos mérité, de convivialité souvent. Pour moi ce sera surtout, une illustration supplémentaire de ma solitude, et de mon impossibilité à accomplir des rêves parce que je suis seule...

Assumer son célibat est une chose, après tout, ça devient assez commun (lorsque c'est temporaire!) et il peut planer un doute, une vie de débauche, avec un (des) homme(s) (en l'occurence si possible une femme ;)) dans chaque port.

Assumer sa solitude est beaucoup plus dur. c'est difficile pour soi, et c'est difficile aux yeux des autres.

Il faut pouvoir assumer de poser sa serviette de plage à coté, des groupes de copains bruyant et joyeux, des couples d'amoureux très amoureux, des familles nombreuses avec leurs petits bouts. Supporter un regard (supposé?) interrogateur, curieux, moqueur...

Voir la vie autour de soir, lorsque la notre est juste remplie de calme n'est pas toujours chose facile.

Toute seule je sais que j'aurais énormément de plaisir à voir la mer, à entendre le bruit des vagues, à sentir l'odeur de l'iode. Je pourrais me dire, Il y a milles plaisirs qui peuvent se vivre sans l'aide de personne. Certes.

Mais, je sais que  ces beaux moments seront suivis par une immense mélancolie, peut être même une grande tristesse, de ne pas pouvoir partager, ne serait ce qu'un "qu'est ce que c'est beau..."

Je pense que je ne partirais pas en vacance, et que ça ne sera pas un moment facile pour moi.

Comme quoi... le bonheur des uns, fait le malheur des autres....