enso

C’est vrai que mes messages se font rares, sans doute parce que je ne ressens le besoin d’écrire que dans les périodes de souffrances et de doutes et que pour le moment je ne suis pas mal.

C’est la première fois, depuis longtemps que la quiétude est au rendez vous et semble vouloir s’installer dans ma vie, sans cachets, sans paradis artificiels. (Je redoute de le dire, ou plutôt de l’écrire d’ailleurs parce que j’ai remarqué que souvent ça m’était fin instantanément au sentiment de plénitude, comme si le simple fait d’énoncer je vais bien, je suis heureuse provoquait chez moi un cataclysme inconscient qui rompait le charme…. Bref !)

Les vacances, synonymes pour moi, de période de souffrance et d’extrême solitude, ces derniers mois, m’apparaissent aujourd’hui comme une bénédiction des dieux !!

La vie est assez linéaire, il n’y a pas de grande intensité ni dans la peine, ni dans la joie, juste un certain équilibre, une joie simple d’être dans le présent, et de savoir le savourer. Sans doute pour moi (scorpion dans l’âme, une vraie de vraie !!) une première approche du lâcher prise, être là, dans l’instant, savourer un bon bouquin (le dernier connely), un bain de soleil, les baignades dans la piscine familiales, même la compagnie de ma famille ! (c’est dire !)

Je me sens maître du jeu, parfois un peu seule, mais libre de ne plus l’être. Comment dire, il me semble que je n’ai plus cette impression d’une fatalité qui plane au-dessus de ma tête.

Je suis en train de découvrir une autre facette de moi, inconnue jusqu’alors, et qui me plait assez par son indépendance, sa simplicité et son absence de ruminages des douleurs passées, des échecs et des déceptions. J’ose espérer que cette façon d’être n’est pas liée à l’arrêt temporaire de mes séances de psychanalyse du aux vacances, les miennes et celles de mon psy, bien que parfois j’y songe. Comme si à force de ruminer le passé, de tout expliquer, ou chercher à expliquer en passant par-là, ne finissait pas, à présent, de me maintenir dans ma névrose.

Aucun doute pour moi, que mes séances d’hypnose, donc basée sur « l’ici et maintenant » m’ont fait un bien fou et peut être on fait renaître une autre moi, moins défaitiste, plus fière des ses singularités, moins coupable, moins culpabilisable. Parce que oui, aujourd’hui, je me sens fière d’être singulière et d’être moi. Vos commentaires m’y ont poussé d’ailleurs, on arrive parfois à oublier le chemin que l’on a fait à grand coup de pied dans la fourmilière familiale et des habitudes